AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Nicotine
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 25/06/2017
Âge : 24 ans (31 octobre)
Nicotine
Voir le profil de l'utilisateur http://catade.forumactif.com/u5




NOSIS #1   
Dim 25 Juin - 21:23


Elle marche. Elle court presque. Elle n’a pas de limite à l’instant. Pourrait voler, si elle le pouvait. Que cette vague d’émotions indescriptible qui secoue le corps. Elle tremble presque. Colère sous la peau. Peur qui incendie l’esprit. Inquiète, trop inquiète pour être raisonnable. Parce qu’il n’avait plus rien de raisonnable quand ça le concernait lui. Et il pourrait dire la même chose. Il pourrait avoir la même pensée. Rien qui n’est raisonnable avec lui. Pas la même signification pour chacun d’eux. Elle. Elle pourrait crever pour lui. Crever pour pour son bien-être, crever pour qu’il reste sous son soleil. Quitter les tempêtes qui grondent dans sa tête. Lui. Lui qui rêverait de le voir crever. Rêverait de le sentir crever sous ses mains. Ou plutôt le sentir mourir sous ses doigts. Les envies qui deviennent de moins en moins claires. Les limites de plus en plus flous. Tout aussi bipolaire que lui. Les deux âmes qui gravitent autour de lui. Toujours lui. Toujours Loup. Deux planètes en orbite sur le point d’exploser. Crash fatal, clash frontal. Main à la peau blanche qui s’avance et s’approprie. Les doigts d’Isis sur l’épaule de Nolan. Juron qu’il lâche. Classe qu’il a perdu. À ne pas s’en soucier la poupée, ne pas s’en indigner. Elle ne dit rien, elle fixe. Elle toise. Elle le foudroie du regard. Transaction dans laquelle on le dérange. Le boulot qu’il se doit d’attendre. À laisser filer les gamins à qui il fournissait sa came bon marché. Rebelle sans crédibilité, se fait arrêter par la gamine aux yeux de glace. Les deux qui ne s’attendaient pas à se voir ce jour-là. Ni aucun autre jour d’ailleurs. Mais lui. Toujours lui. À ne rien savoir de l’autre. Ne rien connaitre, si ce n’est que de nom et encore. Trop peu d’information. Classés dans la case non importante. Jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’aux marques trop présentes. Lui qui en est l’auteure, elle qui est le baume. « Quoi ? » Ne s’ébranle pas, Isis. Ne bouge pas. Ne parle pas, encore. Elle attend. Elle cherche. Elle cherche ce qui lui échappe. Ce que Loup voit qu’elle ne voit pas. Elle assimile. Là, au fond de son regard. « Isis. » Et il cherche. Il cherche lui aussi. Il cherche où il l’a entendu ce prénom. Il cherche d’où il la connait. N’est pas une ancienne conquête. Chevelure ébène dont il se souviendrait. N’est pas connaissance, encore moins cliente. L’information qui ne vient qu’à retardement. « Nolan. » À se sentir dans l’obligation que de se présenter. Rayon X qu’il passe sous ses opales. Scanner de l’âme, qu’elle lui fait. « Je sais. Si je suis là, c’est que je sais. » « Vrai. » « Et pendant que tu cherche encore qui je suis, je vais te dire ce qui m’amène ici. Y’a des choses que je crois, t’es pas en mesure de comprendre. Y’a des choses, avec lesquelles que tu joues, que tu sais pas qu’elles sont fragiles. Et je crois pas que tu connais ta force. » Elle lève la main. Index qui pointe le ciel quand il est sur le point de répliquer. Lui demande de se taire par son geste. Sa voix qu’elle ne veut pas entendre, pas tant qu’elle n’a pas fini. « C’est peut-être bien kiffant, tu prends peut-être ton pied comme jamais auparavant, t’as peut-être l’impression de te shooter à l’adrénaline, que c’est mieux que n’importe quelle came de merde que tu peux vendre, mais je te jure… Aussi vrai que je suis devant toi en ce moment, tu me brises Loup, c’est moi qui te casse. » Trait de porcelaine qui ne craque pas. Le sourire qui ne s’affiche pas. Plaisanterie qu’elle ne dit pas. Pense chacun des mots. Ressent leur force jusque dans les tripes. Index qu’elle abaisse pour lui donner le feu vert. À son tour de parler. Mais il ne le fait pas, pas tout de suite. Rire qui s’élève tout d’abord. Décibels qui grimpent en hauteur. Tintements qui résonnent dans la ruelle. « T’es série… » Nouvel éclat quand il croise son regard. S’approche, Nolan. N’a pas peur de Blanche Neige. N’a pas peur de la poupée. « C’est lui qui t’envoie ? » « T’es vraiment aussi con ? » Rictus qui s’accrochent à ses lèvres. Répartie dont il se délecte. Sourire qui disparait au fil des secondes. À réaliser un peu trop tard l’ampleur des dommages. Comprend un peu trop tard qu’elle doit être au courant. Relation qu’elle connait sans qu’il ne l’ait voulu. Ce qui devait être secret ne l’est plus totalement. Et la mâchoire, elle se crispe. Et les poings, ils se serrent. Ne fait qu’un nouveau pas devant elle. « Je le brise pas.  » Ses opales qu’elle ne quitte pas. S’engouffre dans les iris de cendre. À enfin y trouver ce qu’elle y cherchait. Y voit ce qu’il pourrait y voir. L’étincelle qui y sommeil tout au fond. Qui brille sous sa colère. Âme aussi brisée que le sienne. Aussi écorché que Loup puisse l’être. À comprendre un peu plus qu’il ne le faudrait. Épaves qui sombrent ensemble. « T’as intérêt. » Elle recule. Elle impose sa distance. Elle fait demi-tour, prêtre à foutre le camp. Un pas qu’elle fait, sens inverse. « Isis. » Elle se stoppe, un instant, sans un regard derrière. « Nolan. » « Y’a pas que moi, dans cette histoire. » « Je sais. » Elle sait. Sait qu’il y est déjà trop impliqué dans cette histoire, à trouver en lui quelque chose qu’il n’avait pas. Elle sait, les mots qui lui manque. Et elle disparait sachant pertinemment qu’ils se reverraient.
Revenir en haut Aller en bas
 

 NOSIS #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ONE SHOTS-
Sauter vers: